top of page
  • Photo du rédacteurAstrid Harel Bauwens

Walvis Bay, Namibie

On est arrivé à Walvis Bay après 4 jours de navigation bien confortable depuis Cape Town.

Arrivés dans la baie, le vent soufflait à plus de 35 noeuds et l’amarrage au ponton s’est avéré être un sacré challenge !

Il y avait heureusement 2 hommes sur place qui ont pu nous prendre les amarres, parce qu’avec le vent nous avions beau faire marche arrière le bateau continuait sa route vers les rochers.

Ça a été un moment long et stressant, et avons été vite soulagés une fois bien amarrés et Lady Blue en sécurité au ponton.


Ici les otaries bondissent sur les catamarans, tout à fait normal :)


Lady Blue au ponton du Walvis Bay Yacht Club


Qu’est ce qu’il faisait froid ! Je ne m’y attendais pas du tout.

Enfermés dans le bateau ça m’a rappelé les mauvais temps à Richard’s Bay.

Le courant glacé et le vent venant du Sud rafraîchit drôlement la côte alors qu’un tout petit peu à l’intérieur on retrouve le désert avec 35 degrés.


On ressent bien l’héritage de la colonisation allemande ici. Réactivité, professionnalisme, qu’est-ce qu’ils sont bien organisés ! Arrivés un dimanche on a malgré tout été accueillis par Antoinette, manager du Walvis Bay Yacht Club, qui nous a immédiatement emmené faire nos formalités d’entrée à l’immigration et à la douane. Les 2 bureaux étaient fermés, et nous ont spécialement ouvert leurs portes afin qu’on puisse faire notre entrée rapidement et sans encombres.


Le Walvis Bay Yacht Club est très sympa. Avec ses balançoires et « see-saw » sur la plage, Bryce et moi prenions notre drink et repas sur la terrasse en regardant jouer les enfants.




C’est là qu’Abby et Hector ont goûté les beignets d’Oreo frits bien gras et sucrés comme il faut.


Ici nous croisons le catamaran Agapé rencontré en décembre à Cape Town


On a fait une belle rencontre avec Yaco, qui a grandit ici.

Il était venu admirer les bateaux sur le ponton quand il a sympathisé avec Bryce. Il rentrait tout juste d’un voyage à Maurice et était heureux de rencontrer des mauriciens.


Walvis Bay en elle même est une ville industrielle et c’est un peu plus loin à Swakopmund qu’il fait bon se promener.


Virée d'une matinée à Swakopmund dans la voiture de Yaco



Il y a beaucoup, beaucoup à voir dans les alentours, mais ne restant que 4 jours nous avons choisi de faire la ballade du Sandwitch Harbour, qui a été époustouflante, nos yeux ont été subjugués par tant de beauté.



Rivière de sel rose








Il va falloir revenir en Namibie, c’est certain !

Notre séjour a été écourté par le froid - rester dans le bateau au ponton n’étant pas très agréable, mais aussi parce qu’il y avait au même moment le rallye ARC qui passait, nous n’avions pas forcément envie de nous mettre à couple avec d’autres bateaux (les places au ponton étant très limitées). Il nous fallait aussi arriver avant eux à Sainte Hélène, car les mouillages n’étant plus praticables là-bas, il fallait se mettre à l’ancre.


Pour bien faire et profiter de la Namibie, il faut faire comme nos bateaux copains. Louer un véhicule équipé d’une tente, et rouler à travers le désert pendant une bonne semaine ; ou aller à l’hôtel et profiter de tout ce que le désert a à offrir.


Nous avons quitté la Namibie le 11 janvier 2023 pour faire notre première transatlantique !

17 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page